Les Larmes du Saule - Collectif des Artisans de Kryte

Guilde RP sur Guild Wars 2 - Serveur Mer de Jade
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Eliane Gaëlis

Aller en bas 
AuteurMessage
Eli

avatar

Messages : 358
Date d'inscription : 06/05/2012
Age : 32
Localisation : Paris

MessageSujet: Eliane Gaëlis   Sam 19 Mai - 11:55

Spoiler:
 

Nom : Gaëlis
Prénom : Eliane
Age : 19 ans
Race : Humaine (origines Canthiennes)
Profession : Nécromante

Description physique :
Son regard vert reste en permanence froid et impavide. Son visage pâle est encadré de cheveux sombres qui ne font d'ajouter à son apparence austère. Eliane semble difficile à aborder, constamment sur la défensive et la jeune femme cultive volontiers cette attitude. Détailler son interlocuteur de haut-en-bas, écouter d'une oreille distraite les conversations, afficher un détachement quasi-permanent, tous ces gestes répétés lui ont value une réputation de "cœur de pierre", ce qui n'est pas totalement faux.

Répliques cultes :
"Ce sont des choses qui arrivent..."
"Comme disait mon oncle, il y a toujours deux solutions à un problème"
"Mauvais karma"

BG abrégé :
Un regard froid encadré de cheveux noirs, un détachement sans pareil vis-à-vis du monde extérieur, Eliane semble souvent ailleurs quand elle ne ponctue pas les conversations d'une remarque cynique.
Peu de gens l'abordent et elle évite la plupart du temps tout contact qu'elle juge inutile avec les vivants. Elle préfère de loin la compagnie des spectre et autres esprits qui la côtoie depuis son enfance.
N'ayant pas la fibre commerciale contrairement à son oncle et sa tante, l'élevant depuis la mort de ses parents, Eliane tenta de se trouver une place dans le monde et enchainant les petits boulots à la boutique pendant un temps mais rien ne lui convenait réellement.
Un jour, alors qu'elle observait les débris d'une taverne récemment incendiée, elle entendit parler d'un groupe de mercenaire aux méthodes peu orthodoxes. C'était une piste qu'elle n'avait pas encore exploré et où on ne lui reprocherait surement pas de jouer avec les morts.

Musiques :
Thème général : ici
Au combat :
Si un jour Eliane se met à chanter (c'est pas gagné) la dernière pour la route


Dernière édition par Hildir Cruellemer le Lun 15 Avr - 21:14, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eli

avatar

Messages : 358
Date d'inscription : 06/05/2012
Age : 32
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Eliane Gaëlis   Sam 19 Mai - 11:56

Chapitre I : Enfance

An 1306, un cri résonne dans la nuit. Long et déchirant. Puis un silence s'installe, un silence de mort au moment où on donne la vie. Dans les bras de la sage-femme, un petit être reste immobile sous les regards inquiets de ses parents. Après plusieurs claques, la vieille femme déposa l'enfant dans les bras tremblant de sa mère, le regard sombre. Rien de ce qu'elle avait tenté n'avait entrainé un signe de vie. Mais bien qu'aucun son de sortit de la gorge du petit être, celui-ci était bel et bien vivant. Quelques secondes après avoir été recueilli par sa mère sanglotante, un léger gargouillis s'échappa enfin de sa bouche. Après quelques gestes, les deux parents laissèrent échapper un soupir de soulagement. La petite fille fut prénommée Eliane et fit la joie de ses parents et des habitants du petit village où ils vivaient.
Une naissance étrange, pour un être tout aussi étrange. A peine née, mais déjà entre deux mondes, la vie et la mort. Car il semblerait que pendant un court instant, elle ait pu goûter à la mort.

Ses parents ne prêtèrent pas attention à ses regards dans le vide, semblant écouter des choses invisibles, parlant à des amis imaginaires ou racontant des histoires étonnantes qu'on lui aurait raconté. Des jeux d'enfants pour eux.

A l'âge de six ans, la maladie emporta ses chers parents. Après des semaines de solitude, recueillis par un voisin qui finit par succomber au même mal, Eliane développa la fièvre à son tour.
Lorsque l'épidémie arrêta ses ravages, la petite orpheline fut recueillie par les seuls membres de sa famille restant, son oncle et sa tante. Encore fébrile et pas totalement remise, elle emporta ses maigres possessions pour rejoindre la nouvelle maison familiale au promontoire divin. Le quartier Salma devint son nouveau repère. Elle apprit à connaitre peu à peu ses nouveaux tuteurs ; commerçants de d'épices et d'herbes en tout genre, ils lui préparèrent des fortifiants jusqu'à ce qu'elle soit totalement remise sur pied.
A l'âge de huit ans, Eliane fut mise à contribution à la boutique, chargée de ranger, organiser et vérifier les stocks de produits. Cela se passait pour le mieux tant que la petite fille n'était pas en contact avec les clients. Ses histoires de spectres, de récent défunts souhaitant faire passer un message à leurs proches, clients de la boutique, mettait les gens mal à l'aise. Ses yeux occasionnellement révulsés n'arrangeaient en rien ce malaise. Peu à peu, la petite fut mise à l'écart, les autres enfants n'avaient plus le droit de jouer avec elle voire même de lui adresser la parole.
Eliane se referma sur elle-même petit à petit, tissant bientôt plus de lien avec les esprits qui la visitait qu'avec les vivants. Elle passait tout son temps entre l'arrière boutique et sa chambre, sortant rarement dans les rues où les regards se faisaient trop pesant pour elle.

Pensant tout d'abord que leur nièce était sous le choc de la mort de ses parents, son oncle et sa tante ne s'étaient pas inquiété de son attitude. Mais après plusieurs années, l'agacement prit le dessus sur la compassion de sa tante et les brimades débutèrent. Menteuse, gamine, névrosée, les qualificatifs ne manquaient jamais. Eliane tenta pendant quelques mois d'ignorer les esprits qu'elle apercevait, de taire son don. Mais la solitude reprit peu à peu le dessus et elle se mit en tête de prouver la véracité de ses dires à sa famille.
Elle mis des semaines à se procurer des livres évoquant les mort et la magie associée. Le peu d'argent qu'elle avait pu mettre de côté en aidant à la boutique lui permis de se procurer un vieil ouvrage poussiéreux aux pages volantes voire manquantes.

Un matin, Eliane émergea, le visage écrasé sur le livre encore ouvert. Le soleil perçait déjà entre les rideaux de sa chambre. Elle referma prestement l'ouvrage, soulevant encore un peu la poussière restante entre les pages avant de le glisser sous son matelas et de descendre à la cuisine. Elle dévalait les escaliers, en retard pour aider à la boutique lorsqu'un cri strident retentit au rez-de-chaussée.
Sur le pas de la porte, la main de sa tante. Son oncle la bouscula pour pénétrer dans la cuisine. Un second cri s'éleva alors. Prudemment, Eliane passa sa tête dans la pièce.

"Par tous les Dieux, qu'est-ce-que...." bafouilla son oncle, agenouillé près de sa tante, le regard rivé vers deux silhouettes immobiles.

Une odeur de charogne flottait dans l'air et quelques grognements sortaient des bouches des deux êtres présents dans la cuisine.

"C'est papa et maman, s'écria l'enfant en sautillant sur place, vous voyez que je ne raconte pas n'importe quoi. Ils ont bien voulu venir nous voir avec un corps ! Vous voyez, je ne suis pas une menteuse ! "

A partir de ce jour, un climat tendu régna dans la famille. La commère qu'était sa tante ne tarda pas à raconter sa mésaventure à ses clients, qui rependirent également la nouvelle en l'amplifiant bien évidemment a tel point que tous devinrent suspicieux vis-à-vis de la petite Eliane. Bientôt, plus rien ne lui était refusés sous peur d'avoir à souffrir d'une malédiction, d'un esprit frappeur ou d'une terrible maladie. Seul son oncle ne changea pas son comportement, ils devinrent même plus proche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eli

avatar

Messages : 358
Date d'inscription : 06/05/2012
Age : 32
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Eliane Gaëlis   Jeu 31 Mai - 17:14

CHAPITRE II : Une curieuse rencontre

Année 1320. Au fil des ans la réputation d'Eliane avait grandie et dépassé les limites de son quartier. On la prenait pour une folle, une menteuse ou au mieux une originale.
Les relations avec sa tante ne cessaient de dégénérer à tel point que la petite était reléguée dans la réserve de la boutique la plupart du temps en journée. Pour s'occuper Eliane passait son temps à concocter des mixtures avec les restes des invendus ou à coudre des poupées de chiffons qu'elle glissait parfois sous l'oreiller de sa tante juste pour lui faire peur.
La journée avait bien commencé, Eliane avait réussit à créer une sorte de potion épaisse verdâtre ayant un effet radical sur les chères plantes en pots de la voisine. "Cela lui apprendra à m'épier à travers ses rideaux" s'était dit la jeune enfant en déversant précautionneusement le tout. L'inconvénient c'était l'odeur.
Eliane retournait discrètement dans l'arrière boutique d'où elle n'avait officiellement pas bougé lorsqu'elle aperçu une silhouette en train d'observer les pots des étagères de fortifiants.

"Je doute que vous en ayez besoin, pour maintenant...." lança-t-elle à l'esprit qui se tenait devant elle.

Cela faisait plusieurs semaines qu'elle n'en avait pas vu, il faut dire qu'elle n'avait pas fait un accueil très chaleureux au dernier et avait même trouvé le moyen de s'en débarrasser avec un petit sort travaillé hâtivement à la lueur d'une bougie.

L'esprit se tourna lentement pour lui faire face tandis qu'elle gardait ses yeux émeraudes rivés sur lui.

"Tu me vois ?"
"Non, je parle au bocal derrière toi..."
"Dis, petite, je cherche des locustes. Deux suffiraient, mais si tu en as deux ou trois cents, ça serait vraiment idéal."
"On ne vend que des épices ici ou des produits dérivés. C'est quoi un locuste?"
"Une locuste. Un insecte qui ressemble à une sauterelle mais en carnivore."
"Oui, on en ai, juste à coté des limaces bicéphales vénéneuses,
Eliane marqua une pause avant de reprendre d'un ton blasé, ici c'est une épicerie au cas où vous n'auriez pas remarqué... et ma tante ne supporte pas les bêtes... Vous voulez dévorer qui avec ça? Ca pourrait dévorer ma tante vous pensez?"

"Tous les nécromants de Tyrie se battraient pour obtenir de quoi en faire une colonie. C'est une arme mortelle."


La petite réfléchit quelques instants avant de répondre. Elle avait entendu un client évoquer une fois une guilde d'assassins. Eliane s'y était aventurée avec son oncle pour une livraison. Sa tante avait refusée de servir le client, mais son oncle avait senti la grosse affaire et pour sur, cela avait ramené un sacré pécule à son oncle et à sa nièce. Sa tante quant-à-elle n'en avait jamais eu connaissance et c'était bien mieux ainsi pour la paix (précaire) du ménage.

"Si c'est une arme, il faudrait aller voir la guilde des assassins je présume."
"La guilde des assassins? "
"Ils sont installés dans une taverne non loin des murailles extérieures, il parait que c'est un endroit dangereux de la ville. "
"ca existe encore ça? Tu saurais m'y conduire?"
"Je saurais, mais encore faudrait-il que j'en ai envie."
"Et que veux-tu en échange?"
"Selon tes dires, il semblerait que tu sois l'esprit d'un nécromancien. Je n'ai qu'un vieux livre de sorts qui perd ses pages. Si tu m'apprends à me servir de ces bestioles, je te montre la guilde."


Eliane croisa ensuite les bras, le visage inexpressif, attendant une réponse. Au bout de quelques secondes, elle releva le menton en signe de défi comme elle avait pu voir son oncle le faire devant quelques clients. La réponse ne venant pas, elle ajouta.

"Alors, marché conclu?"

L'esprit écarquilla les yeux avant de s'approcher de son visage tout en affichant un sourire dérangeant. Eliane fit mine de rester de marbre, mêle si l'inquiétude face à une telle réaction l'envahissait. Elle manqua de sursauter lorsqu'il se mit à rire et de revenir sur l'accord, mais l'excitation d'apprendre quelque chose d'un vrai nécromancien prit le pas sur ses appréhensions.

"Tu me plais, gamine!"


To be continued....

_________________
Spoiler:
 


Dernière édition par Hildir Cruellemer le Lun 15 Avr - 21:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eli

avatar

Messages : 358
Date d'inscription : 06/05/2012
Age : 32
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Eliane Gaëlis   Jeu 31 Mai - 17:26

Nota : La partie intitulée chapitre II n'est actuellement pas achevée, je me permets cependant de poster la suite du BG d'Eliane qui pourra donc être soumis à quelques modifications (mineures normalement) suite au chapitre II quand il sera achevé.

CHAPITRE III : Quand la chance n'est pas au rendez-vous

An 1324. La nuit était tombée depuis plusieurs heures sur le cimetière de la ville. Eliane tentait depuis la tombée de la nuit de convaincre l'esprit qui la suivait depuis des semaines d'enfin la laisser seule. Voir les esprits est une chose, les avoir toujours dans son ombre en est une autre. De plus, ce nobliaux était d'une compagnie exécrable. Alors qu'Eliane allait tenter de s'en débarrasser de force par le biais d'un sort qu'elle avait préparé, la porte de la petite crypte s'ouvrit, soulevant un nouveau nuage de poussière.
Quatre hommes, des brigands au vu de leur atours, pénètrent dans le monument, malmenant une cinquième personne. Une jeune femme aux cheveux roux, se débattant et couinant. L'un de ces intrus, vraisemblablement le chef au vu de son arme et de son assurance, resta un instant étonné de trouver âme qui vive à cet endroit. Fronçant les sourcils, il pointa Eliane de sa lame et grogna à ses sbires de ne pas laisser de témoins. Eliane avait contrarié leurs plans mais ça, elle n'en avait que faire. Pour elle, c'était eux qui l'interrompaient.
Tandis que deux des hommes chargeaient avec leurs armes, Eliane se saisit de sa dague jusqu'alors restée dissimulée dans sa botte et s'entailla la main. Une gerbe de sang jaillit alors devant elle, surprenant, horrifiant même, ses agresseurs qui eurent un instant d'hésitation. Malheur à eux, l'un d'eux pâlit soudainement tandis qu'Eliane reculait prudemment vers le fond du monument. Murmurant quelques mots, un cercle apparut sur les dalles fissurées, une lueur verdâtre entoura alors son second agresseur. D'autres cercles apparurent peu à peu sur l'ensemble du sol, des insectes verdâtres apparurent des failles du plafond pour se fondre sur les inconnus. Une succession d'esquives, de coups et de sorts.
Occupée par ses deux hommes, la jeune nécromancienne n'avait pas prêté attention au chef des brigands. C'est une douleur lancinante à l'épaule qui le lui remémora. Une balle venait de l'atteindre. Eliane se réfugia alors un court instant derrière le gisant de pierre trônant au centre de la pièce.
Un rire mesquin s'éleva de l'autre côté de la protection de pierre mais il fut de courte durée. Le couvercle vola soudainement en éclat, et un grognement sourd s'en échappa. Une main mi-squelettiques, mi-humaine s'agrippa au rebord afin de hisser plus facilement le tas de chairs mortes s'animant. D'une démarche raide et chancelante, le corps s'avança vers les deux brigands et la jeune captive. Hébété, le dernier sbire relâcha son emprise sur la rouquine qui en profita pour s'échapper, laissant Eliane et son compagnon de combat fasse à leurs ennemis.
Fort heureusement pour la jeune femme, son nouvel ami fait de chair et d'os était un ancien guerrier renommé. Il ne fit pas grand cas du premier homme sur son chemin tandis qu'Eliane puisait de quoi se soigner chez le dernier jusqu'à ce que mort s'en suive. Son épaule, simplement effleurée par la balle, fut rapidement cicatrisée, et la douleur des nombreux coups qu'elle avait pu recevoir s'atténua. Mais la fatigue quant-à-elle se faisait sentir. Sans un mot, ou plutôt un grognement, le guerrier défunt s'en retourna à son repos tandis que l'esprit qui suivait Eliane décréta qu'elle n'attirait que des ennuis et qu'il trouverait quelqu'un d'autre à hanter.

A bout de force, Eliane s'appuya sur l'encadrement de la porte, prenant une profonde inspiration. C'était la première fois qu'elle enchainait autant de sorts. Mais à peine eut-elle mis un pied dehors qu'une vision inattendue s'offrait à elle. Des dizaines de jeunes filles rousses étaient présentes, toutes identiques en tout point, regardant un peu partout. Ne souhaitant pas chercher à comprendre outre mesure ce qu'il s'était passé à l'extérieur, Eliane se mit à longer le plus discrètement possible le mur de la petite crypte couverte de lierres. Mais c'était sans compter sur toutes les paires d'yeux présentes dans le cimetière.

La dizaine de jeunes femmes se mirent à applaudir aussi bien que l'on peut le faire les mains liées mais Eliane n'y prêta pas attention plus de quelques secondes. Au loin, les flammes des torches de la garde déchiraient la pénombre. Il allait être délicat de leur expliquer la situation surtout au vu de la réputation d'Eliane et vu les réactions saugrenues de la jeune rescapée (enfin de la dizaine à présent), il ne fallait pas trop compter sur elle pour éclaircir la situation auprès des gardes.
Ces derniers entamaient l'ascension de la légère pente du cimetière, trop loin pour l'avoir encore clairement identifiée, Eliane décida s'éclipser sous sa forme spectrale. Les grilles du cimetière ne l'arrêteraient pas ainsi, et une issue se profilait non loin. Il fallait cependant qu'elle passe au delà du petit groupe des gardes. Les illusions et sa forme ne mirent pas longtemps à semer la pagaille et Eliane se pensait tirée d'affaire lorsqu'elle vit un cercle violacé apparaitre sur le sol. Surprise et en pleine course, elle ne pu changer sa trajectoire et pénétra malgré elle dans le portail.

En un éclair, Eliane se retrouva dans un tout autre lieu, toujours en train de courir, sa réserve de force vitale s'épuisa et la jeune femme repris forme humaine avant de percuter un lit. Un lit incroyablement haut, satiné et moelleux à tel point qu'elle cru s'y étouffer. Lorsqu'elle ressortit la tête des coussins et autres froufrous, elle découvrit une pièce immense, presque aussi grande que la boutique de son oncle et de sa tante, où se tenait des meubles de bois rares, agrémentés de rubans colorés mauves, violets et roses. Des tenues comportant dentelles, satins et velours étaient accrochées de ça de là sur les différents paravents et une multitude de miroirs étaient présents sur les quatre murs de la pièce.

La jeune nécromancienne, se releva en laissant échapper un petit râle, cherchant du regard le portail du regard, hésitant à le repasser dans l'autre sens. La seule chose que son regard croisa fut a nouveau un coussin rosé, mais cette fois quelqu'un le tenait et s'en servait contre elle. Elle se débattit un peu, reculant d'un pas, tentant de récupérer l'arme moelleuse fatiguée de se prendre des coups pour cette nuit.

"Doucement, doucement, dit-elle en attrapant les bords du cousin et luttant pour le récupérer."

Elle manqua d'écraser la queue d'un des nombreux chats présents qui s'étaient approchés, curieux. Entre deux gestes vifs, elle parvint à discerner une chevelure rousse ; la jeune fille du cimetière.

"Ho mais c'est pas vrai ! Encore vous !"

La rousse ouvrit de grands yeux puis la bouche, menaçant de crier encore.... Ni une, ni deux, Eliane envoya le coussin sur le lit et lui plaqua la main sur la bouche.

"Chuuuuuuut, mais arrête de crier voyons ! Après tout, je t'ai sauvé non?"


La jeune fille, marmonna quelque chose dans sa main, lui demandant de ne pas lui faire de mal et lui proposant de l'or. Eliane soupira.

"Si tu me promets de ne pas crier, je retire ma main d'accord? et non je ne vais pas te faire de mal. Où on est ? Chez toi?"

L'inconnue hôcha la tête tout en se dissimulant derrière un coussin, apparemment en petite tenue, avant de lui répondre.

"Dans ma chambre à coucher où, a priori, vous n'avez rien à faire, sortez ou j'appelle les gardes! "
"Ho ça va hein, tu n'as qu'à faire plus attention où tu poses tes portails. Comme si j'avais voulu être ici"
dit-elle tout en regardant tout autour d'elle, et puis pourquoi tu m'as accusé auprès des gardes? Je n'ai rien fait moi !" lança Eliane exacerbée.
"Moi ?" s'étonna-t-elle, "Ne mens pas, c'est très vilain, j'ai dit qu'on m'avait enlevée et j'ai montré le caveau, si tu ne t'étais pas transformée en fantôme j'aurais tout expliqué. Et ça ne se fait pas de suivre les jeunes filles la nuit. C'est très vilain."
"Et tu comptais leur expliquer avant qu'ils ne dégainent leurs armes? Parce si oui, tu étais un peu en retard sur le coup. Et je te dit que je n'ai pas voulu te suivre, ton portail m'est apparu sous les pieds, non mais je te jure quelle journée...."
soupira Eliane en s'asseyant sur le bord du lit.
"Mauvais karma" marmonna-t-elle à elle même.

La jeune fille s'assit à côté d'elle et lui tendit un autre coussin pour qu'elle lui fasse un câlin. Eliane le saisit et le reposa à côté d'elle sans trop y prêter attention.

"Je leur aurait expliqué, c'est tout, ils auraient été obligés de m'écouter et de me croire. Qu'est-ce que tu faisais dans le cimetière alors ? Tu n'as pas de parents ? Tu veux que je t'adopte comme mes minous ?"
"Heuuu sans façon. Je vis avec mon oncle et ma tante dans le quartier Salma et j'aime me promener dans les cimetières, c'est tout de même pas un crime si? Qu'est ce que les gens ont tous à se méfier de moi comme ça ? Bah au moins, ils me laissent tranquilles... et toi, tu es qui? Pourquoi ils t'en voulaient ces hommes?"

La jeune fille s'affaissa un petit peu en caressant un chat de passage du pied. "Je ne sais pas, pour l'or je suppose, ils m'ont enlevée quand je rentrais d'une fête. Je suppose qu'à présent je vais devoir demander aux gardes de te ramener chez toi et je n'aurais plus le droit de sortir."
Les sorties de son hôte improvisée ne l'inquiétait pas le moins du monde, par contre les gardes c'était une autre histoire.

"Me voir ramené par des gardes chez moi ferait trop plaisir à certains, tu peux me montrer discrètement la sortie et on ne parle plus de cette histoire. Tu en dis quoi? Comme ça, pas de gardes et tu pourras continuer tes sorties."
La fille aux chats fit mine réfléchir intensément en jouant avec l'une de ses mèches.

"Eh bieeen. Les gardes peuvent me laisser sortir, je pourrais t'habiller comme moi, avec une capuche ça irait, mais je n'ai jamais ramené d'amie à la maison donc je ne sais pas si ça va marcher. Ou je peux ouvrir un autre portail, ou on passe parle balcon, soit en descendant dans les jardins, soit en essayant d'aller sur celui de la chambre d'amis à côté."
"Et ton portail tu l'ouvrirais vers où? "
"Tu veux aller où?
" lui demande la rouquine.
*Fais moi aller en dehors de la ville, dans un coin isolé, comme ça je pourrais rentrer chez moi discrètement. Tu peux faire ça? Tu seras sur de la destination?"
"Je n'ai jamais essayé dans un endroit que je ne connais pas, mais je peux t'envoyer dans un endroit sûr où je suis déjà allée. Tu sais nager ?"


Eliane lui lança un regard suspicieux puis hocha finalement la tête.

"Parfait ! Repose-toi un peu je vais m'habiller"
"Pourquoi t'habiller? Tu ne comptes pas venir au moins? "
s'enquit Eliane.
"Je ne vais tout de même pas m'exercer en petite tenue !"dit-elle avant de se lever et de disparaitre derrière un paravant, "Tu vas aller où après ?"
" Chez moi, quelle question !"


La rouquine repartit avec la tenue identique qu'elle avait pour sortir au bal et grimpa sur le lit, ses chaussures à la main.

" Prête ?"
"Oui oui, vas-y, mais juste une chose, si jamais c'est un piège ou autre, je reviendrai te hanter."
dit Eliane d'un ton froid, riant intérieurement.

La jeune fille trembla en poussant un gémissement pathétique, ses chats et chatons grimpant entre ses jambes pour se frotter à ses mollets et profiter du lit. Puis elle agita les bras et les doigts dans une succession complexe de gestes fluides et un portail d'un violet doux apparut.

"Marche dessus."

Eliane, pris une grande inspiration et posa le pied sur le portail sans jeter un regard vers la jeune envouteuse.
Rien ne se passa. Sinead était descendue, mettait ses chaussures et enfilait une petite cape.

"Bien, maintenant tu restes là, tu ne bouges pas, je vais ouvrir le portail de sortie."

Eliane tourna sur elle même, écarquillant les yeux.

"Non mais tu fais quoi là? pourquoi tu mets ça, demanda-t-elle en montrant la cape

"Il fait frisquet ce soir" et l'envoûteuse rousse passa la porte de sa chambre, laissant la nécromante debout au milieu du tapis.

Eliane se tapa le front, se demanda pourquoi toutes ces mésaventures lui arrivait à elle et en si peu de temps. Elle patienta, regardant les chats gambader dans la pièce, restant tout de même sur le qui vive, qui sait si la jeune écervelée n'allait pas lui jouer un mauvais tour. Si c'était le cas, elle le paierait bien assez tôt...
Un certain temps passa....

Puis le cercle aux pieds de la jeune femme se mit à luire et pulser lentement. Une fois, deux fois, trois fois et elle se retrouva au bord d'un fleuve paisible, dans le sable.

"Heureusement que le fleuve est resté dans son lit ou tu aurais été toute mouillée".

Eliane regarda les alentours et reconnu le fleuve près de Shaemoor. La petite avait bien tenu parole. La nécromante cacha son étonnement et adressa un léger signe de tête dans la direction de la rouquine en guise de remerciements, enfin de ce qui pouvait ressembler le plus à un remerciement.
L'envouteuse gloussa de satisfaction et applaudit une fois de plus avant de s'apercevoir de la boule de poile qui s'était invitée à leur évasion. Un chat se frottait en ronronnant paisiblement aux jambes de la nécromante, avec un flegme et un regard assuré tout félin.

"Monsieur Minou ! Vilain !"
"Monsieur Minou? Je comprends qu'il tente de se sauver avec un nom pareil" lança Eliane tout en regardant l'animal.
Sinead s'accroupit et prit le gros matou dans ses bras, lui arrachant un miaulement grave.

"C'est Monsieur Minou, il est plus ou moins à moi. Comme à tous mes anniversaires j'ai un nouveau chaton ça a finit par en attirer d'autre. Mais j'ai dix-neuf ans, pas vingt ans, je ne peux pas le garde, c'est trop risque avec Père et Mère. Il faut que vous vous cachiez ailleurs Monsieur Minou..."

"T'as qu'à le manger et on en parle plus..."

Sinead pâlit et serra un peu plus le chat contre elle, une larmichette à l'œil.

" Ho ça va je plaisante, quoique.... cache le sous ton lit !"
"Je ne peux pas, je ne peux pas, ce sont les domestiques de ma mère qui rangent ma chambre."

Elle tendit l'animal à bout de bras.

"Mais toi tu pourrais le prendre !"

Eliane recula en agitant les mains devant elle.

"Pourquoi moi? Je ne m'entends pas avec les choses vivantes, garde le toi !"

Le chat produisit un long miaulement en agitant ses pattes pour attraper les mains de la nécromante.

"Il t'aime déjà !" lança la rouquine tout en lui fourrant Monsieur Minou contre la poitrine.

Eliane n'eut guère d'autre choix que de passer ses mains autour du chat pour pouvoir le décoller d'elle. Elle le regarda un instant puis une lueur apparue dans ses yeux.

"Toi, tu vas faire enrager ma tante je pense, on va peut être pouvoir s'entendre" dit-elle au chat
"Bon, je pense qu'on n'a plus qu'à retourner chez nous toutes les deux à présent. Au revoir Monsieur Minou, tu étais un bon chat, au revoir Madame inconnue."

Au loin une grosse bête poussait un rugissement de satisfaction en dévorant une autre plus petite.

"Bon, je vais y aller c'est l'heure de la chasse pour les drakes de rivières"

Eliane s'éloigna, tenant le chat à bout de bras, se dirigeant vers le chemin de Shaemoor.

"Les drakes sont de gros sauriens à peau écailleuse et pouvant vivre sous l'eau et se nourrissant de chair fraiche." Récita Sinead par cœur avant de constater dans un long passage silencieux qu'elle était toute seule dans la nuit. "Madame ! Ne me laisse pas !" et elle courut après.

Eliane poussa un long, un profond, un soupir désespéré.

"Bon suis moi jusqu'à l'entrée de la ville, mais pas de bruit, je ne veux pas entendre un mot !"
"Promis ! Tu habites où alors ? C'est une grande maison ? Tu as des frères et de sœurs ? Tu aimes les travaux manuels ? C'est comment la vie chez les pauvres ? "

Eliane se remis en marche, se demandant pourquoi elle et endurant les questions incessante de la jeune fille. Au loin, l'ombre du promontoire divin se dessinait dans le soleil levant. Elle était venu pour se débarrasser d'un esprit et la voilà qui rentrait avec une vivante tout aussi collante. Le seul avantage c'est qu'elle ne pourrait pas la suivre en continu contrairement aux fantômes.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eli

avatar

Messages : 358
Date d'inscription : 06/05/2012
Age : 32
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Eliane Gaëlis   Jeu 31 Mai - 17:32

Chapitre IV : Feu
de joie et mercenaires

Sinead, car c'était finalement le nom de la jeune envouteuse du cimetière, revint la voir régulièrement. Eliane n'avait pas tellement son mot à dire tellement la rouquine était têtue. Ses conversations légères l’ennuyaient au plus haut point, mais cela avait du bon sur sa réputation. On l'évitait un peu moins et il lui était possible de commercer normalement. Après tout, une fille de bonne famille ne côtoyaient pas n'importe qui dans l'esprit populaire. Eliane s'était d'ailleurs questionné sur la raison de l'étrange affection de la jeune noble, puis n'ayant pas trouvé de réponse, elle s'était totalement désintéressée de la question.

Elle avait pu se faire un peu d'argent en cuisinant et en réalisant quelques travaux de couture, principalement pour Sinead qui avait dans sa garde-robe un nombre innombrables de tenues. De plus, depuis qu'elle s'était mise en tête d'accompagner Eliane pour ses cueillettes, sa consommation de tenue ne cessait d'augmenter. Son oncle était totalement ravie de ce revirement de situation, soulagé de voir enfin sa chère nièce plus épanouit à ses yeux. Sa tante s'était également radoucit même si elle était toujours terrorisée que la jeune femme vivent sous le même toit qu'eux et soit capable de réanimer un cadavre à tout moment et de communiquer avec les morts.

Eliane, Sinead et Salem, anciennement prénommé Monsieur Minou, étaient partis avant l'aube ce matin là cueillir des plantes et récolter de quoi réaliser une nouvelle tenue pour l'envouteuse. Après des heures de marches et de gémissements provenant de Sinead, Eliane décida de faire une halte dans une auberge de campagne, un peu loin de tout.

Le repas se déroulait bien malgré les commentaires répétés de Sinead sur l'hygiène de la cuisine et les choses étranges qui flottaient dans son ragoût, plat qu'elle venait de découvrir. Alors que les jeunes femmes se sustentaient, un petit groupe d'homme pénétra dans la bâtisse et au vu de leur visage, ils ne venaient pas simplement se désaltérer.

L'un d'eux adressa des regards plus qu'équivoque à Sinead, qui candide comme à son habitude, lui souriait poliment en retour. La nécromante riait intérieurement lorsque les trois hommes entourèrent son... amie...connaissance.... camarade de récolte, enfin la jeune envouteuse dite Pipounette.

Les plupart des gens de l'auberge s'étaient éclipsé, connaissant apparemment le trio d'individus grossiers. A peine le plus costaud avait-il tenté d'attraper Sinead, qu'il fut lui même saisit par une rangée de bras squelettique sortis du sol. Poussant un cri efféminé, il chercha du regard le responsable et tomba sur Eliane, le fixant de ses yeux émeraudes, le visage inexpressif. Les deux sbires tentèrent de la charger, mais ils s'effondrèrent sur le sol après que deux Pipounettes illusoires aient vidé leur chargeurs de pistolet dans son gras.

Pendant ce temps, Eliane avait lacéré l'homme à la voix haut perchée tandis qu'un nuage verdâtre d'insectes lui tournait autour du visage. Reculant encore et encore, l'homme finit par rendre l'âme près du foyer de la taverne, là où cuisait un cochon de lait grassouillet qu'avait réclamée corps et âme Pipounette après avoir gouté une cuillère de ragoût.

Eliane tourna les talons, suivie de l'envouteuse, sans prêter attention aux cendres qui avaient atterries sur l'une des nappe, au pied de la seule tapisserie de mauvaise facture décorant les murs de l'auberge et à proximité de la caisse d'alcool.

A l'extérieur, les clients qui s'étaient éclipsaient attendait patiemment que la situation se règle d'elle même.

Eliane n'adressa pas un regard à cette bande de couards. Elles allaient reprendre leur activité lorsque des cris s'élevèrent dans leur dos. Les premières flammes sortaient des fenêtres de la taverne tandis que les clients courraient dans tous les sens en proie à la panique tentant de trouver des seaux d'eau.

"Ha tiens.... ça brûle pas mal les auberges dans le coin" se dit Eliane en contemplant le spectacle.

Les flammes dévorèrent sans relâche l'auberge pendant des heure, les villageois ayant renoncés à étendre le feu après la moitié du contenu de leur puits jeté au feu. Au soir, lorsque les deux jeunes femmes repassèrent les bras chargés des fruits de leur récolte, seul un cochon de lait calciné était discernable parmi les décombres.

"Au moins, lorsque ces mercenaires des Larmes du Saule repasseront, ils n'auront pas l'auberge cette fois" marmonna un vieillard en passant devant les débris fumants de l'auberge.

"Oui mais a qui va-t-on demander le remboursement cette fois-ci ?" s'enquit un second homme, vraisemblablement son compagnon de vieillesse.

Le premier homme haussa les épaules et continua son chemin. Eliane les regarda passer et haussa quant-a-elle un sourcil. Un groupe de mercenaire capable de rembourser des auberges devait surement avoir des ressources importantes, de quoi mieux payer que des travaux de couture, de la récolte d'herbes et elle aurait de quoi se défouler là bas.

Elle se renseigna auprès de quelques habitants avant de se diriger vers la direction indiquée, décidée à rejoindre les Larmes du Saule. Ce qu'elle n'avait pas remarqué, c'est que Sinead lui avait également emboité le pas...

_________________
Spoiler:
 


Dernière édition par Eliane Gaëlis le Mar 14 Aoû - 18:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Eliane Gaëlis   

Revenir en haut Aller en bas
 
Eliane Gaëlis
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Larmes du Saule - Collectif des Artisans de Kryte :: Présentation de la compagnie :: Registre des Larmes du Saule-
Sauter vers: